La Planche des Belles Filles (Haute-Saône)

De l'un de nos envoyés spéciaux.

Si les anges existent, alors l'un d'eux a prêté ses ailes à Fabio Aru hier. Et on connait son nom : Michele Scarponi. Car, pour s'imposer dans l'étouffante ascension de la Planche des Belles Filles, Aru a puisé sa force dans une peine débutée le 22 avril dernier. Ce jour-là, son coéquipier et ami d'Astana, Michele Scarponi a été tué dans un accident de la route lors d'une sortie d'entraînement.

Quelques jours plus tôt, lors d'un stage en Sierra Nevada, Aru avait demandé à Scarponi de lui prêter son maillot pour essayer sa taille. Après le drame, le Sarde a décidé de porter le deuil à sa façon. En courant toujours avec la tunique du défunt. Pour le sentir au plus près du coeur. C'est avec le maillot de Scarponi que Aru a remporté le championnat d'Italie le mois dernier. Son premier succès depuis plus d'un an. Le lendemain de sa victoire, Aru est allé rendre le maillot à la veuve et aux deux petits jumeaux de Scarponi.

Depuis un an, le monde du vélo se posait des questions sur Aru. En 2015, il avait remporté le Tour d'Espagne et terminé deuxième du Tour d'Italie. Mais l'année suivante, à l'exception d'une étape dans le Critérium du Dauphiné, sa saison avait été médiocre. Il avait notamment sombré lors de l'avant dernière étape du Tour de France. «Un coup de couteau, racontait-il hier et je m'étais promis que je reviendrais.» 

Il voulait pourtant courir le Giro qui démarrait de sa Sardaigne natale. Mais une vilaine chute, à cause d'un boyau éclaté, lors du stage de preparation en Espagne, a eu raison de ses ambitions. Seuls mes proches savent ce que j'ai vécu à ce moment-là, explique-t-il. Je me suis alors concentré sur le Tour. Et maintenant, je suis prêt à la guerre avec Froome.» Il s'est inspiré de son ancien coéquipier Vincenzo Nibali, vainqueur ici-même en 2014 avant de remporter le Tour dans la foulée. «J'ai revisionné le film de sa victoire aux Belles Planches en 2014, explique-t-il. J'ai fait comme lui et attaqué à trois kilomètres de la ligne. Le plan a fonctionné.»

Désormais, Aru peut compter sur le soutien de toute son équipe, de l'équipier aux mécanos, dont il s'est attaché le soutien par sa gentillesse et sa classe : l'année dernière, lors de l'étape de repos du Tour à Andorre, il avait donné sa carte bancaire et son code à un membre du staff pour payer, en toute discrétion, le restaurant à la totalité de l'équipe. Un coeur d'or, surtout porté par le regard d'un ange, peut désormais rêver d'une tunique jaune.

Aru